Skip to content

Comment les particuliers peuvent-ils gérer au mieux leur e-réputation ?

23 novembre 2012

La notion d’e-réputation est au cœur de l’actualité : Axa a  créer une assurance qui couvre les dangers d’internet et la CNIL, de son côté, a lancé la campagne Share the Party pour sensibiliser les plus jeunes aux bonnes pratiques sur les réseaux sociaux. L’occasion de se pencher sur cette nouvelle problématique, comment les particuliers peuvent-ils gérer au mieux leur e-réputation ?

Vous avez dit e-réputation ?

L’e-réputation est un enjeu de taille qui ne concerne plus seulement les marques et leurs images : de plus en plus de particuliers se soucient de leur réputation sur le web.

Avec une présence croissante sur le web, notamment grâce aux réseaux sociaux, les particuliers ont développé une véritable identité numérique qu’ils doivent désormais gérer. Véritable vitrine des faits et gestes de chacun sur le web, l’identité numérique de chaque individu peut facilement se trouver et se lire en tapant le nom d’une personne sur Google.

Vous recherchez un emploi ? Soyez sûr que de nombreux recruteurs ne résisteront pas à l’envie de vous googler. Et si une bonne présence sur le web peut vous faire gagner des points, à l’inverse une présence négative ou mal gérée, pourra être mal perçue voire rédhibitoire.

C’est cela que l’on entend par e-réputation : que raconte votre identité numérique ? Qu’est ce qui se dit de vous et que dites-vous de vous sur la toile ?

La mauvaise e-réputation ?

Si les paroles s’envolent et les écrits restent, sur le web ils restent et se propagent ! En matière d’e-réputation, on a tendance à dire : mieux vaut prévenir que guérir car quand le mal est fait, il est très difficile de revenir en arrière. Souvenez-vous des photos de Laure Manaudou nue qui avaient été diffusées contre son gré.

S’il existe des solutions pour agir, il est souvent difficile de faire disparaître complètement les contenus négatifs. Pour Laure Manaudou, par exemple, après avoir tout mis en œuvre pour faire disparaitre les photos, elles sont encore aujourd’hui très facilement accessibles. Intervenir en aval comme le propose les offres d’assurances e-réputation comme celle d’Axa peut être nécessaire mais ce ne sera pas efficace à 100%. Même avec une armée d’avocat, et sans parler du coût de telles procédures, le web a une mémoire et les contenus ne disparaissent jamais vraiment.

Seul un travail de référencement intense de contenus frais et « propres » pourrait permettre de dépasser le sujet problématique mais cela nécessite du temps. Quant aux contenus retirés par voie judiciaire, ils peuvent facilement être récupérés et remis en ligne plus tard. Sans parler de la longueur d’une telle procédure quand le problème est d’ampleur : assigner une personne qui pose problème et l’obliger à retirer ses contenus, c’est simple mais avec la vitesse de propagation du web on peut parler de centaines ou de milliers de personnes!…

Les différentes campagnes des assurances ou de la CNIL ont néanmoins le mérite de sensibiliser les internautes au contrôle d’e-réputation, notamment les plus jeunes d’entres eux qui ne réalisent pas du tout que leur vie virtuelle peu avoir de graves conséquences dans leurs vies réelles. Les événements peuvent parfois complètement dépasser leurs auteurs, on pense notamment au cas du hashtag « LeaLaTEPU », phénomène qui est parti d’un simple règlement de compte suite à la divulgation d’un numéro de téléphone et qui est devenu un TT national et mondial.

Un conseil ? Soyez maître de votre e-réputation !

Qu’on le veuille ou non, nous sommes dans l’ère du « personal branding », notre nom et prénom sont devenus une marque que nous devons gérer au quotidien.

Le mieux, avant de souscrire une assurance e-réputation, c’est encore de se créer sa propre réputation. Créez, documentez vos profils et compartimentez vos infos. Recherchez régulièrement les résultats Google vous correspondant et paramétrez efficacement vos comptes sur les réseaux sociaux. Par exemple, cochez « demander une permission avant d’être « tagguer » sur une photo » qui peut être malvenue sur Facebook et surtout évitez de vous faire prendre en photo par n’importe qui, dans n’importe quelle situation. Et bien sûr ne révélez jamais d’informations trop personnelles.

Si on ne peut pas contrôler les autres, surveillez les photos et commentaires vous concernant sur les réseaux sociaux et demandez leur retrait ou signalez un contenu problématique rapidement. Enfin en cas de litige grave, faites appel à la justice, de nombreux cas de diffamation sur les réseaux sociaux ont fait jurisprudence mais pour que cela fonctionne soyez vous-mêmes irréprochables et contrôlez votre e-réputation !

From → // Actus Web

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :