Ils sont jeunes, diplômés, ont un job sympa et sont cadres dans de grosses boîtes. Mais derrière ce tableau idyllique, se cache une autre réalité…


En publiant L’Open space m’a tuer, Alexandre des Isnards et Thomas Zuber cherchaient d’abord à briser un tabou. Dénoncer les conditions de travail des jeunes cadres dynamiques en communication ou consulting pourrait sembler aberrant au premier regard : de quoi, en effet, ces enfants chéris du système auraient-ils à se plaindre ? Mais, au long des chapitres, les deux auteurs présentent leurs vies dans des scènes à la fois exemplaires et suffisamment inquiétantes pour lever un doute radical sur leur sort prétendument enviable. De l’open space imposé au tutoiement généralisé, du management affectif à la surveillance latente des uns par les autres et du franglais insupportable aux séminaires de motivation, c’est une analyse au vitriol de ce secteur d’activité en pleine mutation que le livre propose.

Ils sont jeunes, diplômés, ont un job sympa et sont cadres dans de grosses boîtes. Mais derrière ce tableau idyllique, se cache une autre réalité, racontée dans un livre « L’open space m’a tuer « . Rencontre avec l’un des auteurs, Alexandre des Isnards (mon ex-collègue chez Business Intéractif).

> Commandez le livre dès maintenant

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :